Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

La mangue : une culture agroécologique


Synthèse PIC


Actualité publiée le : 25/02/2019 Culture : Cultures tropicales Relié aux rubriques : Systèmes de culture Source : EcophytoPIC - plateforme tropicale / Auteur : Ph. DELVAL Références : Synthèse EcophytoPIC n°5

La mangue est un fruit tropical issu d’un arbre de la famille des Anacardiacées dans laquelle on retrouve également le pistachier, l’anacardier qui fournit la noix de cajou et les sumacs, arbres ornementaux.

La production française de fruits frais est d’environ 3000 tonnes (Agreste - Moyenne 2010-2014) et peut s’élever au double si on compte les fruits transformés. Elle est principalement localisée à la Réunion. La bonne qualité des fruits est une nécessité pour répondre à l’attention des consommateurs et aux garanties de qualité et de traçabilité demandées par la grande distribution.

 

Cette culture a fait l’objet de travaux sur des modes de conduite innovants de vergers compatibles avec les principes de la Production Fruitière Intégrée. L’IFT sur culture de mangue est classiquement compris entre 20 et 25 avec une répartition de 2/3 pour les insecticides et 1/3 pour les fongicides, l’usage des herbicides restant limités. 

Exemple d'IFT / Mangue - Source : DEPHY Trajectoire Mangue Réunion

 

Reconnaître ses ennemis

Les insectes représentent donc une part importante de la lutte chimique mise en place. Les punaises, les mouches et les cécidomyies sont les ravageurs principaux. En matière de maladie, l’oïdium et l’anthracnose sont les principales. Retrouvez quelques fiches de bioagresseurs du manguier sur notre base ABAA et dans notre sélection de fiches, guide ou outils de reconnaissance : bioagresseurs du manguier, mouche des fruits, fiche Labovert® Guyane.

Oïdium sur inflorescence - Source : vidéo CIRAD "Mangue: la culture du compromis"

Source : Guide de production intégrée de mangues à la Réunion - p.92 

Vigimangue (voir la vidéo de 2'42) est une application où l'utilisateur peut comparer le symptôme qu’il a devant lui avec les propositions de la plateforme. Il peut y trouver des fiches détaillées sur le bioagresseur identifié et en apprendre plus sur sa biologie, son cycle ou ses activités. Chaque fiche préconise des méthodes de lutte pour se débarrasser du bioagresseur et pour éviter les mauvais réflexes du recours aux produits phytosanitaires, l’outil prévoyant des conseils agroécologiques, avec les bonnes pratiques et le traitement préconisé. Cet outil sera prochainement disponible.

 

Implantation de mesures préventives

Une meilleure gestion agroécologique du verger a mis en avant plusieurs leviers pouvant concourir à la maîtrise des ravageurs. Celle-ci repose donc sur l'introduction de plusieurs pratiques préventives, notamment une couverture végétale sous frondaison qui entraîne l’arrêt de l’utilisation des herbicides et un entretien d’une faune auxiliaire mais aussi la mise en place de bandes fleuries qui attire les auxiliaires et les pollinisateurs. Une  fiche du guide tropical sur la "lutte biologique par conservation" vous apportera plus de détails.

Une coupe raisonnée du couvert végétal permet ainsi de gérer les populations de thrips et punaises. Le paillage (voir la fiche du guide tropical) peut être une solution alternative ou combinée à l’enherbement du verger.

L’installation de pièges de masse (voir la fiche du guide tropical "piégeage de masse") contre les mouches des fruits un mois avant récolte permet de fortement réduire l’impact de celles-ci sans avoir recours à des insecticides. D’autres solutions d’élimination des foyers de mouches peuvent être mises en place : fruits donnés comme aliments aux animaux de basse-cour, enterrement des fruits, utilisation de l’augmentorium. Ces techniques, en retirant les fruits piqués par les mouches au verger, permet ainsi de rompre le cycle des mouches. L’augmentorium, emprisonne les larves mais favorise aussi le développement des auxiliaires ce qui n’est pas le cas des autres méthodes, les mailles de l’augmentorium permettant aux auxiliaires de retourner dans le verger afin d’avoir un rôle de régulation sur les mouches présentes sur les manguiers.

 

Piège pour le piégeage de masse - Source : vidéo CIRAD "Mangue: la culture du compromis"

Deux vidéos produites par la chambre d’agriculture montrent l’utilisation de l’outil au verger (vidéo de 6'04) et un atelier paysan de construction de l’outil (vidéo de 6'09).

Deux exemples d'augmentorium - Source : Chambre d'agriculture de la Réunion 

 

Un système intégré complet

Le groupe DEPHY FERME Mangue de la Réunion a produit une fiche trajectoire, « changer ses pratiques pour favoriser la biodiversité », montrant la mise en œuvre de leviers alternatifs permettant de supprimer les herbicides et de réduire de moitié les insecticides. Reste le sujet plus compliqué des fongicides : matériel végétal, solutions de biocontrôle ?

 

Evolution des pratiques sur la culture - Source : Fiche trajectoire DEPHY Mangue à la Réunion
 

Une vidéo « Mangue : la culture du compromis » (vidéo de 8'58) montre notamment, au travers du réseau DEPHY FERME Mangue Réunion et des actions de recherche du CIRAD, les avancées en matière de compréhension et de gestion de l'asynchronisme phénologique du manguier qui complique la lutte contre les bioagresseurs et incite au développement de la gestion agroécologique des lutte contre l'oïdium, la cécidomyie des fleurs et la punaise de la floraison. Cela passe par la réduction de cet asynchronisme en mettant en œuvre des pratiques culturales telles que la taille ainsi que la fertilisation et l’irrigation raisonnées. Cette vidéo aborde également la co-construction d'une grille d'indicateurs multicritères, dans le cadre du projet « EcoVergers » afin d'améliorer la gestion des bioagresseurs.

Manguiers à la Réunion - Photo : Ph.DELVAL (ACTA)

Biophyto est un projet de recherche qui a contribué à apporter de nombreux éléments directement mis en œuvre par des producteurs à la Réunion. L’ouvrage « Protection agroécologique des cultures » fait un retour complet sur le projet (p .97 à 126).

 

Des ressources disponibles pour la mise en place d'une culture agroécologique

Cette culture a suscité la production de guides pratiques qui rassemblent l’information issue des projets de recherche, des expérimentations et des retours d’expérience d’agriculteurs. On peut citer l’ « initiation à la protection agroécologique des mangues » et le « guide de production intégrée de mangues à la Réunion ».

 

Enfin le « Guide pratique de conception de systèmes de culture tropicaux économes en produits phytosanitaires » ou Guide Tropical, déjà cité par trois de ces fiches, compile de nombreuses ressources sur l’ensemble des productions tropicales dont la mangue. C’est une source inépuisable d’informations pratiques utiles pour les producteurs, les conseillers, les formateurs et les étudiants.